Le trimaran SVR- Lazartigue a été baptisé ce lundi 20 septembre par l’actrice Mélanie Laurent, 32 mois après le début de sa conception, et à quelques semaines du départ de la Transat Jacques Vabre (7 novembre). Une nouvelle étape pour le tout nouveau trimaran Ultim (32m de long, 23 de large, 15 tonnes) et son skipper François Gabart. Lâché par Macif, son sponsor historique, en juin 2020, il a mis près d’un an pour trouver un partenaire capable de racheter le voilier à la société d’assurance niortaise. Le marin voit désormais la vie en bleu, grâce au groupe de cosmétiques Kresk.

Le tout nouveau trimaran Ultim, mis à l’eau le 22 juillet dernier, va poursuivre sa préparation accélérée en vue du départ de sa première course, la Transat Jacques-Vabre, en double, qui s’élancera du Havre vers la Martinique, avec un crochet par le nord-est du Brésil. Il affiche une couleur bleue plus foncée que l’ancien trimaran Macif (racheté par Actual et désormais barré par Yves Le Blévec) qui avait permis à François Gabart de battre le record du tour du monde en solitaire en 42 jours, 16 h, 40 min 35 sec en 2017.


Le skippeur a bien failli ne jamais naviguer à bord de son nouveau bébé sans l’arrivée providentielle du groupe de cosmétiques Kresk, propriétaire des marques SVR (laboratoire dermatologique), Lazartigue (soins capillaires) et Fillmed (division médicale). Cette aventure est le fruit de la rencontre entre deux amoureux du grand large. « C’est un projet qui allie passion et raison, décrit Didier Tabary, le président du groupe Kresk. Je suis breton, j’ai commencé la voile à 6 ans. Il n’y a qu’en mer que je me sens bien. Pour nos marques, la course au large est un vecteur de notoriété. En interne, c’est un outil de cohésion pour les salariés. »


Peu connu du grand public mais en plein développement, Kresk (« croissance » en breton) a déboursé entre 10 et 12 M€ pour acquérir l’Ultim. Alors que le partenariat a été conclu pour quatre ans, le budget annuel de fonctionnement est estimé à trois millions d’euros. François Gabart et le groupe de cosmétiques entendent avoir un impact positif sur la société et l’environnement. Ils ont créé une fondation baptisée Kresk4Oceans, qui s’est donnée pour mission de lutter contre la pollution plastique dans le milieu marin. Kresk4Oceans met en oeuvre des opérations de sensibilisation, d’éducation et finance des projets scientifiques d’intérêt général dans le domaine du recyclage et du développement de nouveaux matériaux éco responsables. « Ce partenariat va doublement nous unir autour des valeurs de clean beauty », espère l’entrepreneur, qui profite du baptême pour lancer un gel et une huile lavante de la gamme SVR, conditionnés dans des packs rechargeables en plastique recyclé.

À court terme, Tabary mise sur l’effet de notoriété et sur l’adhésion au projet des 800 salariés de Kresk. Lui s’est fait connaître en signant un tout autre record : multiplier par trente le chiffre d’affaires du spécialiste du soin anti-âge Filorga. Lorsqu’il l’achète en 2006, la marque est un laboratoire spécialisé dans les produits de comblement de rides avec 5 M€ de chiffre d’affaires. Il en est coactionnaire à 50 % lorsqu’il la cède, en 2019, à l’américain Colgate-Palmolive pour 1,5 milliard d’euros ! « Ce bateau, c’est beaucoup de fierté pour mes collaborateurs et moi-même, continue Didier Tabary. J’espère qu’il portera haut les valeurs de nos marques aux quatre coins du globe et qu’il nous permettra d’aller plus loin dans nos engagements environnementaux, car c’est le sens de ce projet. Ce trimaran fait maintenant partie de notre famille et je lui souhaite bon vent. »

©MerConcept / Guillaume Gatefait