Les Imoca auront une course au départ des Sables-d’Olonne le 4 juillet. La Vendée-Arctique-Les Sables d’Olonne se courra sur 3.600 milles (6.600 km), autour d’un grand triangle culminant aux abords du cercle polaire, pour reprendre son bateau en main et préparer ou même se qualifier pour le Vendée Globe. Cette épreuve au parcours totalement nouveau, organisée par la Classe Imoca, en collaboration avec la société Sea to See, et parrainée par la Vendée et la ville des Sables d’Olonne, est un «prologue» pour le Vendée Globe. Elle permettra aux skippers d’éprouver leur bateau récemment sorti de chantier et, pour certains, de se qualifier pour le tour du monde en solitaire sans escale et sans assistance du 8 novembre prochain. Elle se déroulera dans des conditions conformes aux mesures sanitaires en vigueur et portera également des messages alliant recherche médicale, protection des océans et littérature. «Ce sera la seule course hauturière, sportive et technique en solitaire que les skippers pourront disputer avant le départ du Vendée Globe le 8 novembre et, pour cela, il était très important qu’elle ait lieu», explique le directeur de course, Jacques Caraës. Sept skippers doivent effectuer un parcours en solitaire de 2000 milles (Alex Thomson, Nicolas Troussel, Sébastien Simon, Sébastien Destremau, Didac Costa, Conrad Colman et Louis Burton), et 4 (Kojiro Shiraishi, Armel Tripon, Isabelle Joschke et Clément Giraud) doivent courir et terminer l’équivalent d’une transat en solitaire.

Pour s’adapter à la situation sanitaire, il n’y aura pas de village de départ sur place, ni d’accueil de public. Les marins sont invités à se rendre directement sur la ligne de départ depuis leur port d’attache, sans passer par les pontons. En amont de la course, ils devront se soumettre à un test sérologique suivi d’un confinement strict de cinq jours. Le dispositif d’arrivée pourrait être plus souple «si la situation le permet mais». La communication sera 100% digitale.