Partenaire principal des équipes de France de biathlon depuis 2003, le leader mondial de la domotique a renouvelé jusqu’en 2022 son soutien à la Fédération française de ski (FFS). L’accord englobe l’ensemble des disciplines du ski nordique (biathlon, ski de fond, saut et combiné nordique).

«Cela fait 14 ans que nous sommes partenaires avec Somfy et c’est une fierté de poursuivre l’aventure pour les quatre prochaines années. La fidélité, ça compte», s’est félicité Michel Vionn, président de la FFS, insistant outre sur les succès de Martin Fourcade (ambassadeur de Somfy), sur les médailles du ski de fond avec notamment Maurice Manificat, Clément Parisse ou encore Jean-Marc Gaillard. «Je tiens à féliciter toute l’équipe technique qui accompagne le DTN Fabien Saguez», ajoute Jean-Guillaume Despature, le président du directoire du groupe Somfy dont l’entreprise a également accompagné la fabrication d’un second camion de fartage mobile en l’équipant avec des solution connectées. «La Fédération française de ski fait un travail remarquable de valorisation du ski nordique en France et partout dans le monde et les valeurs nordiques sont assez proches des nôtres : endurance, précision et discrétion. Nous nous sentons proche de la FFS, des disciplines nordiques et de la personnalité des athlètes», souligne Jean-Guillaume Despature. Pour l’entreprise, mener des actions de sponsoring liées à la montagne est en lien avec les racines de la société dont le siège est installé à Cluses, en Haute-Savoie. Autre atome crochu avec le nordique, les valeurs d’endurance pour le ski de fond et de précision pour le tir. Portée par l’embellie immobilière, la société spécialisée dans la motorisation des volets roulants et la maison connectée voit ses résultats économiques progresser fortement avec une croissance à deux chiffres (10,3 %) pour 2017, un chiffre d’affaires d’un milliard 246 millions d’euros et un résultat net de 157,7 millions d’euros. Somfy exploite ce partenariat sous différentes formes, au-delà de la visibilité sur les équipements avec un team d’athlètes, des actions d’incentive, des séminaires avec intervention des athlètes, ou des initiations à la pratique des disciplines nordiques. Le montant du partenariat dépasserait le million d’euros sur la durée d’une olympiade.