L’entreprise Bourse de l’Immobilier change de nom pour devenir « Human immobilier ». Une décision qui concerne directement le naming du stade Chaban-Delmas à Bordeaux, puisque le groupe a un accord avec l’Union Bordeaux-Bègles (Top 14) pour donner son nom au stade.

L’UBB cherche depuis plusieurs mois un partenaire-titre pour le stade Chaban-Delmas où il dispute ses rencontres. Un naming de l’équipement apporterait une rentrée d’argent pour le club du Top 14. « Aujourd’hui, le débat est simple. Soit, avec le naming, on peut rembourser une grosse partie de la dette, et moi, je continue d’assumer le déficit récurrent jusqu’à ce qu’on arrive à faire un petit peu mieux. Soit il faudra réduire la voilure », disait Laurent Marti, président de l’UBB, le 14 juin sur France Bleu Gironde.

Il a donc trouvé un accord avec l’(ex) Bourse de l’Immobilier, déjà partenaire de l’UBB depuis 2018, où elle avait commencé à s’afficher sur le maillot. Laurent Marti la qualifie de « belle entreprise familiale 100% girondine (…) intéressée par le naming du stade pour les 7 prochaines saisons », dans la pétition, signée par plus de 10.000 personnes, qu’il a lancée pour obtenir le droit d’utiliser le naming.

Une pétition parce que le droit d’opérer un naming sur l’enceinte municipale n’appartient pas à l’UBB. C’est à son propriétaire, la mairie de Bordeaux, de le décider. Le sujet a été débattu en conseil municipal, et le maire, Pierre Hurmic explique que « la mairie continuera à accompagner l’UBB, mais certainement pas accompagner le changement du nom du stade ». « Le vrai sujet, ce n’est pas le nom du stade, c’est comment on peut aider l’UBB. Nous allons faire des propositions à Laurent Marti », annonce le maire.

« Ça peut être le Human stadium, ça peut être le stade Human. Je trouve que dans les deux cas, ce sera un nom magnifique pour l’UBB et la ville de Bordeaux », défend Benjamin Salah, à la tête de l’entreprise lancée en 1980 à Libourne par son père, qui compte aujourd’hui 492 agences immobilières dans 33 départements. « L’exposition serait encore très supérieure au maillot. Mais on resterait quand même sur le maillot », conclut-il.

En cas de refus de la mairie, l’UBB devra trouver une autre solution pour régler ses difficultés financières. D’ailleurs, le naming n’y suffirait pas. Le club de rugby accuse un déficit d’environ 10 M€, fruit d’un déséquilibre structurel et aggravé par la situation sanitaire avec des recettes guichets à zéro depuis des mois.


Deux contrats renouvelés

Bistrot Régent s’est réengagé auprès de l’UBB pour trois années supplémentaires. Visible à l’arrière du short, la marque redevient Partenaire Majeur. Les Boulangeries Ange renforcent elles-aussi leur partenariat avec le club en devenant Partenaire Majeur. La marque sera visible à l’avant des shorts.