L’équipe professionnelle nord-américaine Team SoloMid (TSM ), active sur League of Legends et Valorant, aurait dû prochainement pouvoir changer de nom et s’appeler «TSM FTX» suite au partenariat de 210 M$ conclu avec FTX, une plateforme de cryptomonnaie. Riot Games refuse l’accord record.

Ce contrat détonnant, qui comprend d’autres contreparties que ce changement de nom et qui porte sur dix ans, doit rapporter à TSM la somme de 210 M$ sur la durée, un record dans le domaine eSportif. Mais Riot Games a annoncé refuser cette modification car elle ne respecte pas les règles dictées par la firme en matière d’échanges de cryptomonnaie.

La semaine dernière, Team SoloMid (TSM) annonçait la signature d’un accord de droits de naming record avec FTX Trading Limited et West Realm Shires Services, les propriétaires et opérateurs des échanges de cryptomonnaie FTX et FTX.US. Dans le cadre de ce nouveau partenariat qui englobe l’ensemble des équipes, Team SoloMid devait être renommée «TSM FTX» avec effet immédiat. C’était sans compter sur Riot Games. L’éditeur américain s’oppose à cette opération de naming sans précédent. Un parrainage de nom et de maillot avec FTX dans les événements gérés par Riot Games serait en violation des directives du développeur concernant les partenariats avec les échanges de cryptomonnaie, au même titre qu’un sponsor lié aux jeux d’argent et à la pornographie.

« L’accord de parrainage TSM et FTX n’enfreint aucune règle de parrainage League of Legends, mais les échanges cryptographiques relèvent d’une catégorie de parrainage qui comporte des restrictions d’activation. En conséquence, la nouvelle dénomination de TSM et le placement de la marque FTX sur les maillots TSM ne s’appliqueront pas aux League of Legends Championship Series ou aux autres sports électroniques gérés par Riot Games en Amérique du Nord », indique Chris Greeley, responsable esport Riot Games en Amérique du Nord et Océanie.

En conséquence, le nom de TSM ne sera pas modifié sur les événements Riot Games, et les joueurs TSM de la League of Legends Championship Series ou des événements Valorant ne seront pas autorisés à porter des maillots avec le logo FTX. Le fondateur et PDG de TSM, Andy Dinh, a déclaré sur Reddit que malgré cela, FTX parrainera tout de même les joueurs League of Legends et Valorant sur les réseaux sociaux, pendant leur diffusion en direct et lors d’événements, « ce qui a plus de visibilité que le cast de Riot games ».

Avant cette polémique, TSM était, selon le classement du magazine Forbes, le club esportif possédant la plus grande valeur marchande dans le monde en 2020 avec une valeur estimée à 410 M$.


Esport: un marché en pleine expansion

Selon une étude du Pôle interministériel de prospective et d’anticipation des mutations économiques (Pipame) baptisée « Analyse du marché et perspectives pour le secteur de l’esport », la France du esport a réalisé « un chiffre d’affaires encourageant estimé à 50 M€ en 2019 ». « Les investissements dans le secteur sont en perpétuelle augmentation, passant de 5 M€ en 2017 à 29 M€ en 2019. La filière bénéficie, en outre, de 189 joueurs professionnels et associations passionnées, décomptant 645 emplois », selon la Direction générale des Entreprises (DGE) et la Direction des Sports.

Le secteur de l’esport prend de l’ampleur en France et au niveau international. L’étude prévoit un marché mondial de 2,96 milliards d’euros en 2022. « Le positionnement de la France au troisième rang des producteurs européens de jeux vidéo lui confère une bonne réputation dans sa capacité d’innovation au niveau international », selon l’étude. La France est invitée « à renforcer l’encadrement de la pratique professionnelle du esport pour la positionner à l’international ».