L’organisme allemand en charge de la concurrence conteste les règles imposées par le Comité international olympique (CIO) sur la publicité.

 

L’office fédéral des cartels allemands (BKA, autorité de la concurrence) lance une procédure pour contester les restrictions imposées aux athlètes en matière de publicité pendant les jeux Olympiques. Le BKA demande à la justice allemande de considérer que ces règles sont « trop restrictives », et qu’elles violent les droits des athlètes et de leurs sponsors personnels. L’enjeu porte sur des sommes astronomiques, puisque cette action vise à remettre en cause l’exclusivité des sponsors officiels du CIO, seuls autorisés à utiliser les noms et les images des athlètes à des fins publicitaires pendant la durée des Jeux. Autrement dit, un athlète participant au JO n’a pas le droit de mentionner ses propres sponsors – et encore moins d’apparaître dans une publicité – pendant une période qui débute neuf jours avant la cérémonie d’ouverture et se termine trois jours après la fin des épreuves. Les athlètes sont obligés d’accepter la Charte olympique pour participer aux Jeux, et ne peuvent donc monnayer leurs succès avant la fin de la période d’exclusivité. L’échelle des sanctions peut conduire jusqu’à la disqualification de l’athlète.

Si le BKA avait gain de cause, le CIO pourrait craindre un effet domino.