Le Groupe BPCE annonce le déploiement d’un dispositif d’accompagnement national de près d’une centaine d’athlètes français lors des prochains Jeux de Tokyo (2020), Pékin (2022) et Paris (2024). Le plus important team d’athlètes constitué.

Premier partenaire à s’engager auprès du Comité d’organisation des Jeux olympiques de Paris 2024 (Cojo), le groupe bancaire BPCE a annoncé, ce lundi, soutenir cent sportifs français susceptibles de décrocher des médailles lors des prochains Jeux de Tokyo (2020), Pékin (2022) et Paris (2024). «Nous avons construit le plus important programme de soutien en France d’une entreprise privée à des sportifs de haut niveau», souligne Laurent Mignon, président du directoire du Groupe BPCE. «Être partenaire, c’est non seulement s’investir dans l’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques mais aussi contribuer au développement de la pratique du sport par le grand public et accompagner les sportifs de haut niveau. On veut soutenir l’ensemble de l’économie du sport», explique Jean-Yves Forel, directeur général du groupe BPCE en charge du projet des Jeux de Paris 2024. Sur les cent athlètes, 77 ont déjà signé leurs contrats, les autres étant en cours de finalisation. Chacun d’entre eux recevra 18.000 € par an via un dispositif de mécénat, précise le groupe. «La performance est aussi liée au fait que l’athlète ait l’esprit tranquille. On veut lui apporter de la visibilité et de la sérénité par rapport à son avenir sportif et professionnel», poursuit Jean-Yves Formel. Il s’agit d’un dispositif national initié par les entreprises du Groupe BPCE (Banque Populaire, Caisse d’Epargne, Natixis, Banque Palatine, Crédit Coopératif et Casden). Les entreprises du Groupe BPCE, partenaire du Comité national olympique et sportif français (CNOSF) depuis 2010, soutiennent déjà activement le sport depuis de nombreuses années dans la voile, le handball, le basket, le rugby…

Par disciplines, c’est la voile qui l’emporte avec 19 athlètes, sur les 77 déjà soutenus, devant l’athlétisme (12) et le cyclisme (5). On trouve aussi des sportifs dans deux des sports additionnels de Paris 2024 : l’escalade, qui fera son entrée dès Tokyo, et la breaking qui entrera aux Jeux en 2024 après le dernier feu vert du CIO fin 2020.

«C’est un partenariat magique car BPCE a pris cent athlètes, c’est du jamais vu depuis que je dirige la Fondation du Pacte de performance. Et ils sont soutenus par les territoires via les entités agences du groupe», a expliqué l’ex-judoka Stéphane Nomis, aujourd’hui patron d’Ippon Technologies. Comme toutes les entreprises qui s’engagent à soutenir un sportif via la Fondation du Pacte de performance, elle bénéficie d’une défiscalisation de 60 %. En complément de ce dispositif, le Groupe BPCE soutient l’initiative de l’Ecole Diagonale, qui propose une préparation aux grandes écoles aux jeunes sportifs, souhaitant à la fois mener des études supérieures scientifiques ou économiques et poursuivre leur entraînement sportif de haut niveau. Dans ce cadre, cinq athlètes bénéficieront d’une aide financière, durant leur préparation de trois ans, avec la prise en charge chaque année d’une partie de leur formation au sein de cette école en vue de leur participation aux concours des grandes écoles.

Ce n’est pas la première fois que le groupe soutient des sportifs, puisque la Caisse d’Épargne a parrainé un team d’une trentaine d’athlètes des Jeux d’été de Londres en 2012 jusqu’à ceux d’hiver de Pyeongchang en 2018.