Annonce surprise de la part d’Amazon. Le géant du e-commerce fait l’acquisition, pour un montant confidentiel, des droits de naming de la future Arena de Seattle qui accueillera une nouvelle franchise NHL et l’équipe féminine de basket de WNBA, Seattle Storm. Mais il n’y aura pas d’«Amazon Arena». La salle sera baptisée «Climate Pledge Arena» pour sensibiliser à l’environnement et à la lutte contre le dérèglement climatique.

Plutôt que de nommer la salle en reconstruction (anciennement KeyArena) avec la marque Amazon, le géant de la distribution en ligne a décidé de la baptiser «Climate Pledge Arena». La dénomination est calquée sur l’initiative d’Amazon «The Climate Pledge» (engagement climatique, ndlr), créé en 2019 et qui appelle les entreprises signataires à atteindre l’objectif «zéro carbone» d’ici 2040 (avec dix ans d’avance sur les accords de Paris, ndlr). Un engagement de Jeff Bezos, le fondateur d’Amazon, alors que le géant du e-commerce est régulièrement brocardé pour ses conditions de travail et son impact sur l’environnement avec sa livraison rapide «source d’émissions de gaz à effet de serre» et la destruction des invendus selon des ONG.

La Climate Pledge Arena s’engage à être un exemple environnemental pour devenir la première salle au monde «zéro carbone». Ainsi, la salle de 18.100 places sera entièrement alimentée en électricité 100% renouvelable, à la fois à partir de panneaux solaires sur site (une gageure à Seattle, présentée comme la ville la plus pluvieuse des États-Unis avec environ 150 jours de pluie par an, ndlr) et avec d’autres énergies renouvelables hors site. Une électricité qui servira notamment à alimenter des Zambonis (surfaceuse des patinoires) électriques. Et autre promesse forte : la Climate Pledge Arena utilisera de l’eau de pluie récupérée pour créer la glace de la patinoire. Côté restauration sur place, au moins 75% de l’offre sera locale. Enfin, les billets de matchs de NHL et de WNBA serviront également de ticket gratuit pour les transports en commun.