Alors que le feu couve, Emmanuel Macron promet de nouvelles aides au secteur du sport dans le cadre d’un plan global de quelque 400 M€ afin de soutenir l’ensemble de l’écosystème, mais aussi en souhaitant une réouverture des clubs à partir de décembre pour les enfants et les adolescents.

A la veille de cette rencontre, les ligues de basket-ball, handball, volley et hockey sur glace, prenaient la plume pour crier au secours. « Beaucoup de clubs ne se relèveront pas de cette nouvelle épreuve sans – à la fois – le soutien de leurs partenaires privés et publics, sans la solidarité des fans qui les suivent, sans l’aide des pouvoirs publics », avaient-elles lancé.
« L’État est présent hier, aujourd’hui et demain et il est important de lui faire confiance », a souligné le chef de l’État, selon l’un de ses porte-paroles. Ainsi, le sport professionnel bénéficiera d’un fonds de compensation de la billetterie d’un montant de 107 M€. La Commission européenne a donné son feu vert. Un plafond de 5 M€ par club est fixé. Une exonération des charges sera par ailleurs effective d’octobre à décembre, soit une aide de 35 M€ par mois. « C’est très important, cette exonération est une bouffée d’oxygène que le chef de l’État leur permet d’avoir », s’est satisfait Philippe Diallo, président de Cosmos représentant employeurs et entreprises du sport. « Incontestablement, les décisions annoncées par le Président de la République dénotent une attention particulière portée aux difficultés rencontrées par les employeurs et les entreprises du sport », a-t-il souligné à l’issue de la réunion.

Jean-Pierre Caillot, président du club de Reims, a fait part de sa satisfaction sur RMC, tout en misant sur le lobbying de l’Elysée pour sortir le football français de sa crise avec Mediapro, autre sujet évoqué.

Pas de public avant 2021

En revanche, pour le retour du public, il faudra patienter. Le huis clos est maintenu jusqu’à la fin 2020. Le retour du public « n’est pas envisageable en décembre » en raison de l’évolution de l’épidémie, estime Emmanuel Macron. Mais à partir de 2021, tout est possible. La jauge ne serait plus fixe, à 1.000 ou 5.000 spectateurs, mais calculée par densité, en fonction de la capacité d’accueil.

Enfin, un fonds de solidarité ciblera les loisirs sportifs et le secteur de l’événementiel. L’aide qui prévaut pour les petits commerces s’appliquera, soit jusqu’à 10.000 € de compensation par mois pour la perte d’exploitation. Joseph Vieville, directeur général du Five, un réseau de salles (foot à 5) qui pour l’instant bénéficient de l’activité partielle, a vu « un début d’engagement sur des mesures à venir ».

Pour aider tout de suite les clubs et associations, un « fonds d’urgence » de 15 M€, la même somme qu’avant l’été, a été débloquée pour aider les structures les plus touchées. « C’est pas l’Amérique mais cela devient respectable », a réagi le président du Comité olympique et sportif français (CNOSF), Denis Masseglia. Il a en revanche salué l’accord de principe donné à la mise en place d’un « pass sport ». Cette aide pour aider les familles à payer les adhésions serait mise en place en 2021. Reste à connaître le calendrier et le périmètre compte tenu des 100 M€ mis au pot par l’État pour ce dispositif.