L’IIHF écrit une nouvelle page dans l’histoire du sport. Sous pression, la fédération internationale de hockey sur glace retire l’organisation des Championnats du monde au Bélarus. Le fabricant de lubrifiants et produits d’entretien pour automobiles allemand Liqui Moly a indiqué dimanche qu’il refuserait de parrainer le championnat du monde si celui-ci était organisé au Bélarus. Il emboîtait le pas au constructeur automobile tchèque Skoda.

«La situation actuelle au Bélarus et la politique du gouvernement, la façon dont sont traités les manifestants et les violations évidentes des droits humains, contredisent les convictions et les valeurs de Liqui Moly », a indiqué la firme allemande dans un communiqué, rappelant que la décision de parrainer ces championnats remontait à 2017.

Le Bélarus est le théâtre depuis plusieurs mois de manifestations contre le régime d’Alexandre Loukachenko au pouvoir depuis 26 ans. Elles visent à protester contre les conditions de sa réélection en août dernier.

Ce championnat du monde devait être organisé conjointement par le Bélarus et la Lettonie en mai et juin prochains. Les autorités de Riga avaient déjà indiqué qu’elles ne souhaitaient pas en partager l’organisation avec Minsk. Après avoir défendu son choix, l’IIHF a fait machine arrière cette semaine et retirer l’organisation du tournoi au pays dirigé par Alexandre Loukachenko.

La situation s’était accélérée depuis le lundi 11 janvier, jour où René Fasel, président de l’IIHF, avait été filmé en faisant une accolade à Alexandre Loukachenko. Et sans masque en prime… « La réunion aurait dû se dérouler dans un cadre privé, a expliqué Fasel. On nous avait assuré que les images ne seraient pas diffusées. » Embarrassante, la séquence avait provoqué de nombreuses réactions qui avaient mis l’IIHF sous pression. Une cinquantaine de députés européens avaient écrit une lettre qui invitait l’IIHF à faire marche arrière.

Le Danemark avait pris la décision de ne pas envoyer son équipe si des matches étaient organisés à Minsk alors que la Suède et la Finlande n’excluaient pas d’en faire de même. Des partenaires commerciaux historiques, telle la marque automobile Skoda, avaient annoncé qu’ils se retireraient si le statu quo était confirmé. Le coup de grâce. « Nous sommes partenaire des championnats du monde de hockey sur glace IIHF depuis 28 ans. Mais nous respectons et défendons aussi les droits humains », a souligné la filiale du groupe allemand Volkswagen sur Twitter. « En conséquence, Skoda ne parrainera pas les championnats du monde 2021 si le Bélarus est confirmé comme pays coorganisateur de l’évènement », ajoute Skoda, qui parraine ces championnats du monde depuis 1993. Certains s’étonneront que le constructeur se réveille aussi tard. Le championnat du monde a été attribué au Bélarus en 2017. Nivea a également menacé de se retirer pour les mêmes raisons.

L’IIHF a choisi de conserver Riga comme ville hôte du tournoi. Pour des raisons sanitaires, il n’est pas exclu que la compétition réunisse les seize nations dans la capitale lettone. La création d’une bulle en Slovaquie ou au Danemark, avec la présence de huit des seize pays, est également une option considérée.