La Ligue Butagaz Energie, nouveau nom du championnat de France de handball féminin, trouve une chaîne pour l’accueillir. La Ligue Féminine de Handball annonce un accord avec la chaîne du mouvement sportif, Sport en France, pour la diffusion en direct de 20 matchs sur l’ensemble de la saison 2019-2020.

Le coup de gueule de Nodjialem Myaro, présidente de la LFH, a été efficace. Elle avait dénoncé la reprise du championnat, le 28 août, sans diffuseur officiel à la suite du changement de stratégie opéré par beIN Sports, diffuseur de 100% du championnat masculin. La Ligue féminine de handball avait regretté le manque d’intérêt des télévisions nationales vis-à-vis de son championnat, à la veille de la reprise de la nouvelle saison et alors que le handball féminin français connaissait un contexte général inédit. Face à cette situation, la Ministre des Sports s’est impliquée : « L’absence de diffuseur pour la LFH, d’autant plus avec le palmarès du handball féminin, m’a personnellement touchée, a déclaré Roxana Maracineanu. J’ai souhaité mobiliser mon écosystème pour trouver une solution. Le CNOSF et l’Agence Nationale du Sport nous ont notamment permis de trouver, dans un temps record, une solution pour offrir de la visibilité aux joueuses du championnat de France. »

Une mutualisation de moyens de plusieurs acteurs va permettre une diffusion des rencontres sur Sport en France. Lancée fin mai 2019, elle est disponible en clair auprès de tous les opérateurs. beIN Sports a renoncé à diffuser le championnat féminin pour se concentrer sur la Lidl StarLigue. Avec une première diffusion dès le 9 octobre (Metz-Besançon comptant pour la 7ème journée), la chaîne appartenant au groupe Média 365 retransmettra en clair et en direct une vingtaine de matches (saison régulière et play-offs) dont les demi-finales et la finale aller et retour. En plus de l’Agence nationale du Sport (ANS), du CNOSF et de Média 365, Butagaz, le partenaire-titre du championnat, s’est engagé à couvrir les coûts de production des images. « Après avoir lancé le premier naming d’un sport collectif féminin avec la LFH en créant la Ligue Butagaz Energie, il nous tenait à cœur de donner à ces joueuses de grand talent la visibilité qu’elles méritent. Ainsi, nous avons souhaité soutenir la LFH dans cette démarche en co-finançant les frais de production du championnat. Une preuve supplémentaire de notre soutien actif au handball français et de notre engagement pour le sport féminin », explique Emmanuel Trivin, président de Butagaz. «Cette nouvelle saison avec un partenaire titre pour notre championnat de Ligue Butagaz Energie marque un nouveau progrès quant à la qualité de notre Ligue et il aurait été contradictoire à ne pas être diffusé cette saison au vue de la qualité du championnat de France et des joueuses qui y évoluent », ajoute Nodjialem Myaro, président de la LFH.

En résumé, le financement des coûts globaux (captation, production, diffusion), environ 300.000 euros par saison, sera partagé entre l’ANS (150.000 €) à hauteur de 50% des frais, du CNOSF (75.000€) pour 25% et de Butagaz (30.000€) avec la LFH (30.000€), plus les clubs (15.000€) pour les derniers 25%.