Le FC Liverpool et New Balance entretiennent une relation étrange. La marque américaine poursuit en justice le club anglais pour demeurer l’équipementier du champion d’Europe au-delà de son contrat actuel. Les Reds ne sont pas en reste. Ils font tout pour rejoindre le camp de Nike.

L’histoire dure depuis des mois. Nike et le FC Liverpool sont d’accord pour travailler ensemble à compter de la saison prochaine. Les Reds abandonnant New Balance. La vie des affaires. Mais le contrat entre Liverpool et New Balance offre à l’équipementier américain le loisir de s’aligner sur l’offre d’un mieux disant. C’est ce que fait New Balance, l’équipementier des Reds depuis 2011. La marque indique avoir soumis au club anglais une proposition «correspondant à l’offre formulée par Nike» et se dit «désireuse et confiante de maintenir son parrainage du Liverpool Football Club». Sauf que le champion d’Europe remet en cause cette clause du contrat. New Balance demande «aux tribunaux de clarifier cette affaire».

Liverpool confirme la bisbille en évoquant un «différend juridique». Le litige doit être jugé par la Haute cour de Londres.

New Balance peut-il s’aligner sur l’offre de Nike ?

Pour les dirigeants de Liverpool, l’offre de la firme de Boston ne serait pas à la hauteur de celle Nike. Surtout, les Reds doutent de la capacité de New Balance à fournir le même réseau de distribution que l’équipementier à la virgule, numéro un mondial des articles de sport avec un chiffre d’affaires de 39 milliards de dollars. Lorsque New Balance débarque sur les bords de la Mersey, Liverpool n’est pas au mieux de sa forme. Economiquement dominé par Manchester United et Chelsea, le club est également dominé sportivement. L’arrivée de New Balance, qui n’est pas un spécialiste du football, surprend d’autant plus que l’Américain signe un chèque en or pour devenir l’équipementier des Reds. On parle aujourd’hui d’un contrat à 50 millions d’euros par saison !

En juin prochain, habiller Mohamed Salah et Sadio Mané devrait se négocier autour de 80 millions d’euros.

Liverpool échoue à protéger la marque « Liverpool »
Le club voulait se prémunir des contrefaçons pour protéger ses «produits et services en lien avec le football» dont il se dit victime, mais sa demande a été rejetée en raison de «l’importance géographique» de la ville par le bureau britannique de la propriété intellectuelle. Les Reds s’engageaient à réinvestir dans le club toute somme gagnée sur la vente des produits utilisant le mot «Liverpool».

D’autres clubs de Premier League, comme Chelsea et Southampton, avaient naguère réussi à protéger ces noms de lieux en relation avec leurs entreprises commerciales.