La Fédération Française de Football (FFF) annonce la signature d’un contrat de naming avec Arkema pour le championnat de France de Division 1 féminine.

Arkema, acteur majeur de la chimie, associera son nom à la D1 féminine dès la reprise, le 24 août prochain, pour devenir la «D1 Arkema». Le premier contrat de naming de l’histoire du championnat français. Ce contrat a été signé pour une durée de trois ans, jusqu’au terme de la saison 2021-2022. Le groupe français, supporter officiel de la Coupe du monde en cours, prolonge donc son engagement pour «la promotion, le développement du football féminin et de la place des femmes dans l’entreprise» au côté de la FFF. «Devenir le «Partenaire titre» de la D1 féminine nous est vite apparu comme une évidence et le prolongement naturel de notre partenariat Coupe du monde féminine, indique Thierry Le Hénaff, PDG d’Arkema. C’est un atout pour la marque Arkema mais aussi un engagement fort pour le Groupe. Contribuer avec la FFF à développer le football féminin sur le territoire national est une très belle opportunité de valoriser encore davantage l’image et la place des femmes dans la société. Le monde change, il est essentiel d’apporter un autre regard, de faire bouger les lignes. Chez Arkema, c’est notre état d’esprit et notre conviction.»

Un contrat de naming évalué à 1 M€ par an

Selon L’Equipe, Arkema s’est engagé pour 1 M€ par an environ. Un contrat proche de celui signé en Espagne pour la première division ibérique désormais appelée « Liga Iberdrola » contre 1,7 M€ par an. Outre-Rhin, Allianz verse 1,2 M€ par saison pour la « Frauen Bundesliga ». L’Angleterre est hors-marché depuis l’arrivée de Barclays. La banque a récemment signé un partenariat avec la FA pour la première division anglaise de 9 M£ pour trois ans. «Arkema est un groupe français très performant et d’envergure mondiale, commente Noël Le Graët, président de la FFF. Ce contrat de naming est une première pour le championnat de D1 féminine et une excellente nouvelle pour le développement du football féminin qui vit une étape importante comme nous pouvons le constater avec le succès populaire de la Coupe du monde féminine.»

«Ce partenariat avec Arkema s’inscrit dans la continuité du plan d’actions de la Fédération en faveur du football féminin, ajoute Noël Le Graët. Depuis 2011, la FFF s’est engagée fortement dans la promotion et la structuration de la pratique féminine amateur, professionnel et sur le plan de la formation.» Avec ce partenariat, chaque club touchera 80.000 €. Pour la saison prochaine, la FFF donnera 14 M€ dont 2,2 M€ d’aides pour le football féminin auxquels s’ajouteront un héritage d’environ 15 M€ provenant de l’organisation de la Coupe du monde 2019. Une partie de cette somme a déjà été distribuée en 2018-2019. L’un des gros axes de développement du football féminin cible l’accueil des licenciées dans les clubs amateurs et la formation. La FFF forme ainsi via ses 8 pôles Espoirs féminins (2 nouveaux à Lyon et Mérignac depuis cette saison) près de 200 joueuses dont 75 % alimentent les clubs pros de D1 et D2.