Engagée dans un processus de transition énergétique, l’ex-GDF Suez signe avec la Fédération française d’équitation (FFE), quatrième fédération française en nombre de licenciés (665.000) derrière le football, le tennis et le basket, pour accélérer la transition énergétique des 6.000 centres équestres de France.

À l’occasion du Salon de l’agriculture, Rosaline Corinthien, directrice générale d’Engie France Renouvelables, et Serge Lecomte, président de la Fédération française d’équitation (FFE), ont signé un partenariat dont l’objectif est de «développer des solutions de production d’énergies renouvelables et d’efficacité énergétique au sein des poney-clubs et centres équestres adhérents». Une prise choix pour la fédération. Engie est un géant qui emploie 160.000 personnes dans le monde et réalise plus de 60 Md€ de chiffre d’affaires. Dans le cadre de cet accord, des études seront menées afin d’évaluer le potentiel d’installation de panneaux solaires photovoltaïques des centres équestres, le potentiel de valorisation des intrants équins pour produire du biogaz, ainsi que l’établissement de diagnostics d’efficacité énergétique des installations équestres. «Ce partenariat s’inscrit pleinement dans notre stratégie : accompagner le verdissement et la réduction de la consommation énergétique des 6.000 centres équestres de France, c’est accélérer la transition zéro carbone de nos territoires», explique Rosaline Corinthien, directrice générale d’Engie France Renouvelables. Le groupe s’appuie sur quatre métiers : le développement de production d’énergies renouvelables, la génération thermique (gaz essentiellement) et nucléaire, les services, et les infrastructures.

«En tant que Fédération et organisateur d’évènements sportifs, les enjeux environnementaux sont au cœur du projet fédéral déployé sur le territoire par les clubs et organisateurs d’activités équestres qui en sont les premiers acteurs
, ajoute Serge Lecomte, président de la FFE. En s’associant avec Engie, la FFE entend renforcer son engagement en faveur de la transition énergétique et contribuer à la sensibilisation des jeunes publics, qui fréquentent les poney-clubs et centres équestres de France.»

1,3
Avec 2,5 millions de cavaliers en France, 9.000 structures équestres, et 116.000 épreuves organisées chaque année, les activités équestres représentent un marché estimé à 1,3 milliard d’euros annuels.

Ce partenariat vise également à mettre en place des actions communes de promotion des énergies renouvelables et des solutions d’efficacité énergétique auprès des professionnels de la filière équestre et du public accueilli par les établissements équestres. Dans ce cadre, un certain nombre d’outils pédagogiques (kit de communication, conférence communes, journées portes ouvertes, programme J’apprends l’Énergie, …) seront mobilisés.