La NBA et Sportradar officialisent la signature d’un nouveau contrat de partenariat pluriannuel. Mais l’accord va au-delà d’un partenariat. La ligue nord-américaine de basket devient également actionnaire de la société spécialisée dans les données et statistiques, devenue incontournable auprès des détenteurs de droits.

En septembre 2016, Sportradar avait conclu un partenariat de diffusion de données avec la NBA d’un montant estimé à 205 M$ sur six ans. Dans le cadre de ce nouvel accord qui débutera lors de la saison 2023-2024, Sportradar, qui compte parmi ses actionnaires Michael Jordan, mais aussi Mark Cuban et Ted Leonsis, respectivement propriétaires des franchises des Dallas Mavericks et des Washington Wizards, sera le fournisseur exclusif de data NBA à travers le monde (mais aussi pour la WNBA et la NBA G League), notamment autour des données pour les opérateurs de paris sportifs pour dix années de plus. En outre, Sportradar continuera de distribuer les flux vidéo aux opérateurs de paris. Le nouvel accord signifie que Sportradar détient l’exclusivité de data sur le territoire américain auprès de deux des quatre principales ligues du pays (NBA et NHL).

En échange de l’accord d’exclusivité, la NBA obtient des actions Sportradar. Elle devient un actionnaire de la société suisse à hauteur de 3%.

La NBA négocie une prise de participation au capital

Fondé en 2001, Sportradar fournit des données sur les événements sportifs à des sociétés de paris sportifs, aux détenteurs de droits et aux médias. Elle emploie quelque 2.300 collaborateurs. Parmi ses clients se trouvent plusieurs fédérations incluant la FIFA et l’UEFA (football) ainsi que la NHL (hockey) ou la MLB (baseball). L’entreprise récolte des données sportives et gère des contenus numériques. Chaque année, 750.000 événements sportifs sont couverts dans 83 pays.

L’entreprise, qui a fait son entrée au Nasdaq en octobre, a réalisé un chiffre d’affaires de 163,8 M€, en hausse de 30 %, entre juillet et fin septembre. Et si l’introduction du groupe sur le Nasdaq a pesé sur la rentabilité opérationnelle, l’agrégateur de données sportives s’attend, pour l’ensemble de l’exercice, à une croissance de
37 % pour un chiffre d’affaires de 555 M€. L’an dernier, Sportradar a réalisé un chiffre d’affaires de 405 M€ et un bénéfice de 14,8 M€.

C’est donc auprès d’une entreprise en pleine forme que la NBA investit. Lors de son introduction sur les marchés financiers, l’entreprise saint-galloise a été valorisée 8 milliards de dollars. En 2018, la caisse de pension canadienne Canada Pension Plan Investment Board et la société d’investissements TCV étaient entrées au capital, valorisant alors Sportradar à 2,1 milliards de dollars. C’est dire si les perspectives sur le marché des paris sportifs apparaissent alléchantes aux yeux des investisseurs. Selon Sportradar, la NBA devrait générer 112 milliards d’euros de chiffre d’affaires de paris dans le monde pour 2021, soit plus de 2,5 fois le montant du football américain (41,87 milliards). La comparaison n’est pas innocente. En avril, Sportradar a perdu son contrat avec la NFL au profit de son concurrent Genius Sports.


Rakuten prolonge avec les Golden State Warriors. Sponsor maillot de l’équipe emmenée par Stephan Curry depuis 2017, la plateforme de e-commerce Rakuten officialise l’extension de son contrat de partenariat avec la franchise NBA des Golden State Warriors. Le siège nord-américain de Rakuten se trouve à San Francisco.