Lors du salon automobile de Tokyo, Nissan a confirmé son engagement en Championnat international de Formule E, à partir de la fin 2018, pour la saison 5. Le constructeur japonais, leader mondial des ventes de véhicules électriques (grâce à la Leaf notamment), prendra la place de l’équipe Renault, qui, dans le même temps, a annoncé son départ de la discipline.

 

Quand tout change, parfois rien ne change véritablement. Nissan s’appuiera donc naturellement sur l’écurie e.Dams, dirigée par Alain Prost et Jean-Paul Driot, et les motoristes de Viry- Châtillon. Cette année, la dernière sous les couleurs de Renault, l’équipe française vise un dernier titre des constructeurs (le quatrième en quatre ans) – premières courses les 2 et 3 décembre, à Hongkong. « Cela fera un peu bizarre à tout le monde, a suggéré Alain Prost, à l’évocation de ce changement de nom. Mais, compte tenu de la force de communication de Nissan, c’était devenu logique. » Renault, qui souhaite se concentrer sur ses activités en Formule 1, et Nissan, dont la Leaf est actuellement N.1 des ventes de véhicules électriques dans le monde, font partie du même groupe automobile.

Comme Nissan, première marque japonaise engagée dans la discipline, BMW fera son entrée fin 2018, tandis que Porsche et Mercedes suivront la saison suivante, pour porter à neuf le nombre de constructeurs engagés en Formule E.